compagnie à vrai dire,

compagnie à vrai dire,

  • compagnie

La compagnie à vrai dire

La compagnie à vrai dire est conventionnée par le Ministère de la Culture / DRAC Nord-Pas-de-Calais - Picardie. Elle est en résidence d’implantation territoriale à Beauvais sous convention avec la Région Hauts-de-France - Nord Pas de Calais - Picardie, le Conseil départemental de l’Oise et la ville de Beauvais. Elle mène des projets en partenariat avec le Rectorat de l’Académie d’Amiens et la Ligue de l’Enseignement.

Son responsable artistique, Vincent Ecrepont, est auteur-metteur en scène associé à la Comédie de Picardie à Amiens, Scène conventionnée.

La compagnie est adhérente à Actes-Pro et au Syndeac.

Elle est par ailleurs missionnée par le Syndicat intercommunal de Savignies, Pierrefitte-en-Beauvaisis et Le Mont-Saint-Adrien, pour élaborer la programmation de la salle socio-culturelle des 3 villages à Savignies, dans l’Oise.

Implantée en Picardie depuis 1998 et dirigée par le metteur en scène Vincent Ecrepont, la compagnie à vrai dire, développe son projet artistique autour de la création et de la sensibilisation au théâtre contemporain. Les différentes actions artistiques de la compagnie se fondent sur l’invitation à la prise de parole, sa propre parole. Dans une période qui préfère les produits formatés aux œuvres singulières ou qui voudrait nous faire croire que le divertissement vaut mieux que la pensée, la compagnie à vrai dire défend un théâtre résolument contemporain qui s’oppose au « prêt à penser ».

Face à la marchandisation de la culture, la compagnie à vrai dire a décidé de résister. Résister à la facilité qui fait pencher du côté du consensus ou du cynisme, alors qu’il y a des pensées et des liens à créer. La parole qu’a fait le choix de porter la compagnie se veut une parole encourageante, une parole qui incite à la réflexion et à l’action, une parole de résistance.

La conception d’un théâtre engagé dans son époque conduit tout d’abord Vincent Ecrepont à se tourner vers des auteurs contemporains comme Jean-Luc Lagarce, Lars Norén, Jean Genet ou Philippe Dorin. Avec les artistes dont il s’entoure, il interroge autant le processus de création que ses modes de transposition au plateau. Édité depuis 2006, il écrit et met en scène également ses propres pièces : La chambre 100, A ma place et Les interrompus.

En résonnance avec ce processus de création, la compagnie met en place des projets de sensibilisation auprès de personnes que l’on dit en reconstruction. Il est en effet de la responsabilité des artistes de la compagnie de réinventer une relation de transmission avec ceux que l’on croit éloignés du geste théâtral. L’enjeu est de développer une conscience artistique, et au-delà une conscience politique de son rapport à soi et au monde. Intimement liés aux créations, les ateliers d’écriture et de pratique théâtrale qu’à vrai dire développe depuis des années sur plusieurs territoires ont permis de développer un rapport de confiance avec différentes populations et divers partenaires locaux. Ces actions culturelles se mettent en place autant en Picardie que dans les Côtes d’Armor, en Égypte comme au Liban, où la compagnie est notamment missionnée par le Conseil général de l’Oise pour encadrer le projet artistique du festival Jeune de Zaahlé. La diversité et la singularité des ateliers que mène la compagnie ont permis d’inscrire son travail dans les enjeux majeurs de la politique culturelle, qu’ils aient lieu en milieu hospitalier, carcéral, scolaire, socio-éducatif ou au sein de structurelles culturelles.


Rubrique suivante > spectacles

Vous êtes ici : accueil > compagnie