compagnie à vrai dire,

compagnie à vrai dire,

  • actions artistiques

En porosité à son travail de création, la compagnie à vrai dire a fait le choix de s’engager dans des actions culturelles auprès des personnes qui sont, ou plus précisément se sentent éloignées de l’acte artistique, des personnes pour lesquelles le mot « théâtre » est lié à des pratiques qui ne leur semblent pas destinées. Cette expérimentation de la pratique artistique participe, nous le savons bien, au développement personnel, à la prise de conscience, puis la prise de confiance en son propre potentiel créatif. Mais au-delà de cela, le plateau comme la page blanche sont des « espaces de tous les possibles », de toutes les évolutions possibles car ils invitent chacun à porter un regard sur celui qu’il a été pour redéfinir celui qu’il sera. C’est dans ce sens que la compagnie a mûri de nombreux projets d’ateliers d’écriture ou de pratique théâtrale auprès de personnes que l’on dit « en reconstruction », et cela en milieu carcéral, hospitalier ou en lien avec des structures d’accompagnement social.

Après être intervenu de 2002 à 2004 au Centre Hospitalier de Blois dans les services de pédiatrie et d’oncologie, la compagnie s’est associé entre 2005 et 2007 avec le CHU d’Amiens au sein du service mobile de soins palliatifs. Dans le cadre du dispositif « Culture-Santé » mis en place par le Ministère de la Culture, Vincent Ecrepont a pu ainsi déployer un processus de recueil de témoignages qui a nourri l’élaboration de sa première pièce, La chambre 100.

Depuis 2005, les artistes de la compagnie interviennent chaque année en milieu carcéral, que ce soit au quartier femmes du Centre pénitentiaire de Beauvais ou au Centre pénitentiaire de Liancourt.

En Picardie comme dans les Côtes-d’Armor, la compagnie a d’autre part mis en place de nombreux ateliers de pratique artistique avec des personnes en grande fragilité sociale : en autres à Beauvais des femmes maghrébines en cours d’alphabétisation, à Creil des jeunes relevant de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, à Saint Brieuc des personnes en fin de droits relevant du Service de Prévention et d’Insertion.

Par ailleurs, la compagnie intervient depuis sa fondation en milieu scolaire, que ce soit auprès des enfants des écoles, des collégiens, des lycéens et même des enseignants. L’expression dramatique est en effet un levier privilégié du développement de la personnalité et du sens critique : apprendre le théâtre c’est non seulement s’ouvrir à soi et à l’autre mais aussi apprendre à se remettre en question.

Par différentes structures culturelles que sont la scène nationale de Blois, les théâtres de Creil, de Compiègne ou du Beauvaisis, la compagnie s’est vu confier d’autres missions de formation ou de master class. La MPAA, établissement culturel de la Ville de Paris, a également proposé en 2010 à Vincent Ecrepont d’être artiste associé à la classe d’art dramatique du conservatoire du 16éme arrondissement dans le cadre de son dispositif prise Prises d’auteurs.

La mission de service public est une notion pleinement chargée de sens pour les artistes de la compagnie qui s’engagent sur le terrain dans une réinvention permanente de la relation avec les publics. Et les enjeux de nos différents projets d’action culturelle dépassent largement ceux de l’élargissement du public et de la démocratisation de l’art. Dès lors que le spectateur est lié, par des actions de proximité, au processus de création artistique, c’est un théâtre citoyen que nous défendons et mettons en œuvre.


Rubrique précédente > spectacles
Rubrique suivante > calendrier

Vous êtes ici : accueil > actions artistiques